• Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

Archive pour novembre 2010

Qu’ est-ce qu’ on s’ é-cat !

Jeudi 25 novembre 2010

Lors de la résolution d’ un problème, un étudiant propose une démarche, pleine de bon sens, mais qui se révèle après réflexion (commune) inefficace.

La raison : « Ah, c’ est le chat qui se mord la queue. »

Les autres, attendant le serpent à cet endroit, sourient.

« Quel est votre nom de famille ? » lui demande-je, certain de l’ effet de sa réponse.

« Cat. »

La classe est pliée, c’ est notre pause Kit Kat.

Quelques instants après, le même étudiant intervient de façon pertinente, mais sèche sur une formule qu’ il ne retrouve pas.

« T’ as qu’ à donner ta langue au chat » lui glisse malicieusement la voisine.

Amis pédagogues, à demain

Jeudi 25 novembre 2010

Des coureurs, d’ un niveau moyen, font des séries sur la piste d’ athlétisme. Un groupe de jeunes, look-caillera, engoncés dans leur anorak, trottinent poussivement. Clairement, la piste n’ est pas leur terrain de jeu. Peut-être même, est-ce la première fois qu’ ils foulent le revêtement synthétique du stade Philippidès.

Ils se font rabrouer par les habitués en pleine course et à bout de souffle, qui leur reprochent de ne pas occuper les couloirs les plus excentrés.

Avec l’ insolence caractéristique des jeunes sans éducation, ils continuent d’ encombrer le premier couloir. L’ échange est bref mais tendu : 

« c’ est bon, y a des pros ici ? »

 » Pas  question de pros, question de politesse, libérez le couloir. »

L’ attitude des jeunes est insupportable. Celle des anciens peu pédagogue : il est naturel de courir au bon endroit, selon sa vitesse, lorsqu’ on a les « codes » du lieu.

Autre  spécialiste de la pédagogie, c’ est Zy.

Sans être sarkophile, on peut reconnaître que, en marge du sommet de l’ OTAN à Lisbonne, sa démonstration (en off et par l’ absurde) de la nécessité d’ avoir des pièces sérieuses pour accuser, est éblouissante.

On peut l’ entendre sur liberation.fr

Ce qui me dérange dans l’ extrait, c’ est sa voix fluette et son ton paternaliste. Le contenu n’ est pas aussi outrancier que le laissaient supposer certains commentaires.

Hélas pour lui, on ne retiendra que sa sortie  »amis pédophiles, à demain », qui complètera les « casse-toi pauv con » et autres expressions fleuries de son cru, antinomique à son souci de se présidentialiser.

  amipdo.jpg

 

 

Ypsilon

Dimanche 21 novembre 2010

Le bandeau publicitaire qui apparaît sur les blogs unblog, est lié au contenu du billet. Vraisemblablement, l’ annonceur achète une liste de mots-clés et sa réclame est diffusée si un mot est cité dans l’ article.

Le blog de Chantoune, dont voici une copie d’ écran, illustre la règle :

 ypsilon1.jpg

Ypsilon, tu déconnes !

La pipe à Dati, (oups lapsus) à Tati

Mardi 9 novembre 2010

On a lu Tintin au Tibet avec les garçons, puis on a regardé le DVD.

Surprise : les bouteilles de Whisky du capitaine Haddock se sont volatilisées. Pas une goutte d’ alcool dans le dessin animé. Pourtant, la scène du capitaine prenant une avalanche sur la tronche après avoir vociféré contre le Yéti qui lui a dérobé sa dernière bouteille, est à mourir de rire. Idem lorsque Tintin, fin psychologue, réveille avec de la « gnôle »  le courage et la fierté de son ami, prêt à abandonner l’ aventure. 

Je me vois alors écrire une entrée sensationnelle sur le blog, listant (images à l’ appui) quelques manifestations de la dictature (parfois hypocrite) du « politiquement correct », et en particulier du   »fumer tue ». En tête, j’ ai cette photo de Churchill où le légendaire cigare a soigneusement été gommé.

 churchill.jpg

« Une recherche internet devrait apporter de l’ eau à mon moulin » me dis-je. Et là, patatra, je tombe sur la pipe à Tati, et patati et patata… où tout est dit, et bien dit. Mon effort est vain (Evin !). Bonne lecture tout de même.

Potion magique

Jeudi 4 novembre 2010

On suppose à bon droit que Yan a fait du lobbying auprès de la maîtresse de maison : comme Panoramix dans son village gaulois, pour le bien-être de la communauté, Rolande sert une tisane de gingembre, et double dose pour la nouvelle recrue Chantoune.

Après les caris langoustes, cabri-massalé et consorts, les plus courageux partent pour une promenade. 

Dans l’ ascension vers le volcan, alors qu’ on espérait Lio (fluorescent dans son t-shirt jaune-malbar) comme éclaireur, c’ est une Chantoune dopée à la tisane qui mène le peloton, en danseuse.

Lio,  »coureur-la-descente », allongera son pas pour le retour obligeant les suiveurs à décupler leur fréquence de jambes. Même pas mal car, selon le dicton créole, « gingemb fait lève la jambe. »

Lamour lé dou !

Jeudi 4 novembre 2010

Cheveux en jachère, mais mine réjouie, teint frais et bouche vermeille, c’ est comme un rayon de soleil qu’ apparaît Chantoune dans la cuisine familiale. Suivie de son Homme, lui…tout en jachère. Alors que le Rhum taille la route du côté de Saint-Malo, chez les Waro, toutes les routes mènent au rhum. Mais, pas de conclusion hâtive, il n’ est pas une épave, il est plutôt son étrave, son bout-dehors, sa quille, son multi-coq et la skippeuse accomplie navigue sous les tropiques crânement. 

Lorsque l’ oncle Jacky, prompt à tailler une bavette et, accessoirement, un costard à son neveu, suppute que la miss a eu froid toute la nuit auprès de sa guêpe, Chantoune lui répond du bout des lèvres mais dard-dard  dare-dare que sa guêpe a une sacrée taille et qu’ elle a d’ autres atouts qu’ une épaisse enveloppe adipeuse de ventru pour réchauffer. Si le surnom de guêpe dérobé à Flessel lui va comme un gant, c’ est parce que, comme un escrimeur, il touche.

On devine qu’ après la fête du ventre midi et soir la veille,  ça a été pour les tourtereaux la fête du bas-ventre. La gourmandise est un péché (?) proche de la luxure.