• Accueil
  • > Archives pour septembre 2010

Archive pour septembre 2010

Menace virtuelle

Jeudi 30 septembre 2010

Sof revient d’ une réunion de parents d’ élèves et m’ annonce sans crier gare : « il y a paraît-il un pédophile à Lavérune. »

Lorsque je lui demande des précisions, du genre « qui c’ est ? », « qui le sait ? »,  » comment on le sait ? », elle n’ a aucune réponse satisfaisante. J’ éprouve malgré tout, une sorte d’ insécurité.

Ce soir, vers 19h30, dans la pénombre, on croise au parc un individu, inconnu au bataillon des villageois que je connais, un individu, 55 ans, grand, légèrement voûté qui nous sourit et que je regarde sans doute froidement puisque, ne sachant raison garder, sa vue a réveillé en moi la rumeur du pédophile Lavérunois.

C’ est terrible, v’ là un bruit, sans fondement, une insécurité virtuelle (pourvu que ça dure !), vague et diffuse qui agit parce que le sujet est brûlant et sensible.

Le même mécanisme est en jeu lorsque le gouvernement, aux abois dans certaines affaires, évoque sciemment la menace terroriste et la nébuleuse Al Qaïda : il n’ y a rien de neuf sous le soleil, le niveau de vigilance du plan vigipirate est inchangé depuis 5 ans, mais on « tremble » pour une violence peu probable, dans tous les cas ponctuelle, tout cela parce que la peur des attentats a été soigneusement réactivée.

Et le tour est joué, rideau de fumée : le citoyen a oublié les fredaines des uns et des autres, et la vraie violence, celle du quotidien, celle du manger et dormir, qu’ éprouvent sûrement les pauvres gens pour survivre.       

Injustice

Jeudi 30 septembre 2010

Tom reproche à certains camarades de classe, chargés de surveiller leurs pairs lors de courtes absences de la maîtresse, de faire du zèle : ils craignent d’ être accusés de ne pas remplir leur mission, et ils écrivent au tableau des noms de pertubateurs, parfois virtuels, en réalité innocents. 

J’ entends ses remarques avec réserve, soupçonnant que le pertubateur virtuel, pas si innocent que ça, n’ est autre que mon chenapan.

Erreur : celui qui est accusé aujourd’ hui est un autre Tom.

Notre Tom, justicier dans l’ âme, expose alors à la maîtresse les dérives du système d’ auto-surveillance (et celui des quotas ?) mais, peut-être à cause d’ un ton inopportun, se fait houspiller : elle lui demande de balayer devant sa porte.

Je lui explique que la maîtresse a raison de le remettre à sa place, qu’ il n’ est pas directement concerné par l’ affaire, mais … salue avec fierté son courage, son refus de l’ injustice et son acte « citoyen ».  

Tonton Danyèl

Mardi 28 septembre 2010

Matin automnal avec lumière pâle du jour. Je roule au pas, direction le boulot et là, 7h24, chronique de Didier Varrod sur FI, j’ éprouve une douce surprise 

Rencontre avec une immense légende de la musique traditionnelle de l’ile de la Réunion : Danyèl Waro.

Le Chikungunya, la dengue… L’île de la Réunion est parfois peut être lassée que l’on ne parle d’elle que dans un contexte strictement sanitaire, aors que son identité culturelle s’est souvent construite dans la résistance grâce à sa musique, le maloya, déclinaison locale du blues qui exprimait souvent la peine et la solitude des esclaves.

Né dans les hauts du Tampon, au sud de l’île, dans une famille de petits planteurs, Danyèl Waro a forgé sa voix de tête en chantant lui aussi dans les champs pour se donner du courage. En 1970, il rencontre la troupe de Firmin Viry, figure de proue d’un maloya de résistance, et militant autonomiste. L’engagement rebelle de cette musique venue de loin, autant que sa sensualité vont forger la vocation de Danyèl Waro. C’est un serviteur de la créolité. Aujourd’hui, il publie son sixième album, qui est pour lui l’occasion de tisser un lien artistique, émotionnel et politique avec le groupe Corse A Filetta. Cette rencontre de deux identités insulaires est tout simplement magique.

Après la départementalisation de la réunion en 1946, le maloya a été perçu comme le symbole de la révolte contre l’ordre établi. Le Parti communiste réunionnais faisait même passer ses revendications à travers cette musique. Le maloya interdit jusqu’en 1981 par les autorités françaises, est aujourd’hui comme le Sega, la fierté des Réunionnais.

L’identité créole de Danyèl Waro s’est aussi forgée en prison lorsqu’il fut incarcéré en 1976 en métropole après avoir refusé de porter l’uniforme. Danyèl Waro, poète insoumis, est aussi un immense chanteur qui aime à partager l’essentiel comme ici avec le rappeur sud africain Tumi où il signe une chanson bouleversante en hommage à Mandela.

Danyèl Waro, son dernier album vient de sortir. Il s’intitule « AOU AMWIN » ce qui signifie littéralement « De toi à moi ». Le 31 octobre prochain, c’est toute l’ile de la Réunion qui sera en fête, car à Copenhague, Danyèl Waro recevra la plus grande distinction mondiale décernée par les professionnels des musiques du monde : le Womex Artist Award 2010, faisant définitivement entrer le maloya au patrimoine mondial des musiques du monde. Aujourd’hui le Maloya est à Danyèl Waro ce que le reggae est à Bob Marley.

Me v’là avec la banane !  

Trois en un

Mardi 28 septembre 2010

Je suis tombé sur ces 3 autoportraits de Rembrandt :

rembrandt1.jpg rembrandt2.jpg rembrant3.jpg (23 ans, 34 ans et 63 ans)

Jeunesse, mèches désordonnées sur le front. Âge mûr, coude en avant, prêt à en découdre et enfin, sagesse et sérénité, les mains croisées sur le ventre.

 Avec le numérique et un logiciel de retouche d’ images, il aurait pu faire du 3 en 1 :

p1020874.jpg 

Trois en un, non, ce n’ est plus le slogan du shampoing Wash and Go !  

Ahmed et sa gargouille

Mardi 21 septembre 2010

Sur un dépliant vu à l’ hôtel ce we à Paris, il y a une photographie exposée au Musée d’ Orsay, le Styrge de Charles Nègre 

styrge.jpg 

Derrière la gargouille de Notre-Dame de Paris, se tient droit comme un i un personnage en haut de forme.

ça fait tilt ! Je pense au micro-évènement de la rentrée.

Ahmed, chef de chantier depuis 30 ans de la cathédrale Saint-Jean à Lyon, est salué par le tailleur de pierre qui sculpte une gargouille à son effigie, avec les inscriptions « Dieu est grand » en français et en arabe. 

ahmedgargouille.jpg 

Cela suffit pour scandaliser les cathos les plus durs.  

U2 360

Lundi 20 septembre 2010

A Paris, ce sont 70 000 manifestants selon les organisateurs, 70 000 selon la préfecture de police qui ont participé massivement à la journée d’ action pour … un allongement de la durée de travail chez la bande à Bono, l’ âge légal exigé étant celui d’ Ingrid Bettancourt.

En tête de cortège, les deux leaders FT

 leaders.jpg (nostalgiques d’ un temps que même Castro récuse)

qui sponsorisent via Blackberry la tournée U2 360, ont  exhorté les sympathisants à mettre le WEI. Entre ses calembredaines, le leader Bouvier s’ est jeté (CGT) dans une explication éclairante du terme WEI : week-end d’ intégration, à ne pas confondre avec « sunday bloody sunday ».

Ils ont dérogé au traditionnel parcours République-Bastille-Nation et, comme symbole d’ une excitation qui germe,  mûrit sous terre et attend son heure pour exploser, les fans ont emprunté les voies souterraines du métro, Pigalle-Place de Clichy-Stade de France.

Réunis dans l’ arène pour un sitting et chauffés à blanc par quelques olas, ils ont exulté à l’ allumage de « la griffe ».

 griffe.jpg

Sous le dôme, Bono a sans surprise enveloppé son public d’ une lumière aussi intense que celle émise par le Christ de l’ abside du Sacré coeur. 

sacrecoeur.jpg

La dame de fer, encline à Thatcher tchatcher (?), s’ est offerte une tribune (sud) à Saint-Denis et a salué la performance du groupe.

Les leaders FT, conquis par la grosse affluence et les nombreux messages d’ amour adressés à l’ idole, pensent avoir rempli le contrat : Bono cotisera encore quelque années pour sa retraite.

Les forces de l’ ordre ne déplorent ni rixe, ni débordement en marge de la manifestation … si ce n’ est la présence inexpliquée à 1 heure du matin d’ un individu (peut-être un bonobo) derrière les grilles métalliques à l’ intérieur du Décathlon-St-Denis.

Un journaliste de l’ AFP a interrogé dans les gradins un individu dont la présence semble aussi incongrue que celle de François-Marie Banier à la manifestation du 7 septembre. « J’ ai apprécié le show, sans être littéralement transporté. Les jeux de lumière sont féériques mais le son parfois discordant. Les seuls morceaux que je connais, je les ai à peine reconnus. En réalité, je préfère écouter les vieux albums du groupe dans ma voiture et les chanter à tue-tête » a déclaré le rabat-joie.   

 

 

Après Lascaux, Versailles. Après Cro-Magnon, Murakami

Jeudi 16 septembre 2010

Rien à branler de la sortie de Vivi Reding et de la procédure d’ infraction de Bruxelles

lonesomeboy.jpg  

Et puis, le luxembourg n’ a qu’ à  être la nouvelle vache à lait des Roms !

 hiropon.jpg

Allez, c’ est le we. On ira se détendre chez Jean-Jacques Aillagon (Président du musée et du domaine national de Versailles, nommé par Sarko en 2007), qui accueille un artiste japonais dans ses salons.

Et ça polémique encore ? on ne va quand même pas accuser la France de ne pas s’ ouvrir aux étrangers ! 

Colonie de vacances : merci le CE de FT

Lundi 13 septembre 2010

Longtemps sous l’ égide de l’ empereur Michel dit le Bon, comme des barbares du royaume Lombard, les chevaliers de la dream-team (privée pourtant de son égérie Chantoune) prennent d’ assaut la cité de Carcassonne.

 blog9.jpg

Le pont-levis franchi, les assaillants (aussi valeureux que Richard Coeur de Lion) déjouent les embuscades.

  blog7.jpg

Les Huns uns sont armés de couteau suisse, kit de survie et lingettes hygiéniques, les autres de crèmes solaires et Panasonic. Un original -osez, osez Joséphine - a troqué son heaume contre une casquette à l’ armoirie chatoyante bleu  et ORANGE de Montpellier.

 blog10.jpgblog1.jpg

Comme un troupeau de nigaults, ils avancent unis, malgré les railleries du bouffon Tom qui relève malicieusement une consonnance bovine dans les noms des chefs Boucher-Bouvier. 

Symbole de domination, la suzeraine Mimi plante dans le pavé médiéval ses talons aiguilles avant que ses faucons

 blog3.jpg

ne plantent leurs serres dans le bon gibier et que ses féaux, autour d’ une table ronde, ne plantent avec Gourmandine gourmandise la fourchette dans leurs mets favoris.  

Après avoir ripaillé, ils  »flatulent » car, comme dit le proverbe chinois, « après bombance, bombes rances ». 

Troubadours et menestrels régalent

 blog11.jpg

 les conquérants au triomphe modeste,

 blog8.jpg

parachutés pour la nuit, comme par un enchantement de Merlin, chez les châtelains Marie-France et Bilou.

blog13.jpg

Dieu qu’ on s’ en fout !

Vendredi 10 septembre 2010

Il y a des actions isolées, anodines et sans intérêt, qui deviennent, par un emballement médiatique irrationnel, des « informations ».

Terry Jones, le prêtre illuminé de Floride qui veut commémorer le 11 sept en brûlant des exemplaires du Coran, focalise l’ attention de tous les envoyés spéciaux de toutes les rédactions de tous les pays du monde, alors que le bougre s’ occupe d’ une trentaine de brebis égarées. Joli coup counasse et dis merci aux médias assoiffés de sensationnel !

Dis Ben16, y-a-pas de déchéance du sacrement de l’ ordre au Vatican ? Y-a peut-être une médaille papale style ordre du mérite alors ?

si c’ est le cas, le prêtre de la Cimade de Montpellier qui jeûne devant l’ assemblée pour protester « une hainième » fois contre l’ expulsion des roms, pourra être décoré. Malgré les bons sentiments, est-ce une réelle information de savoir qu’ il y a 9 pélerins qui campent devant le palais Bourbon ?

Enfin, M’ Bala M’ Bala, notre « Dieu donné » national, est allé chez son pote Mamoud aux pays des mollahs, pour lui causer sérieux, les yeux dans les yeux, de l’ affaire Sakkineh. Il n’ a pas réussi à faire condamner l’ espionne sionniste Clothilde Reiss, mais il réussira à sauver Sakineh. Alléluia, Allah est grand ! 

Haine et raison

Mardi 7 septembre 2010

Incroyable déclaration de l’ avocat de la famille de la victime, après le meurtre de la joggueuse de Lille par un récidiviste.

On imagine la haine des proches, on s’ attend à une critique violente et légitime du système judiciaire, à une attaque sans concession des juges qui ont placé le meurtrier sous libération conditionnelle après 4 ans de prison pour une peine de 10 ans.

Et pourtant, ses propos sont modérés. Il a même le temps de dire, lors de sa courte intervention, que cette possibilité de sortir de prison avant terme est « très souvent utile », « porte très souvent des fruits ».

A-t-il pris des précautions pour éviter toute récupération politique ? Craint-il de voir Sarko and co, en pleine crise sécuritaire, présenter un projet de loi sur la lapidation des récidivistes ?   

 

12