• Accueil
  • > Archives pour décembre 2009

Archive pour décembre 2009

Sarah et Céline

Jeudi 31 décembre 2009

Plusieurs interrogations autour de ces deux jeunes filles de Besançon (dans le Doubs en Franche-Comté), condamnées en République Dominicaine à 8 ans de prison pour narcotrafic (5 kg de cocaine dans las bagages sur le retour vers la France) et finalement graciées par le Président dominicain.

On est content pour elles, comme on serait content si Mickael Blanc arrêté à Bali avec 4 kg de chite dans une bouteille de plongée, en prison à Java depuis 10 ans, pouvait rejoindre le sol français.

Parce que, en les entendant clamer avec force leur innocence, on a des doutes sur leur culpabilité. On doute aussi du bon fonctionnement de ces justices lointaines (comme si la nôtre était exempte de tout reproche) et puis, par chauvinisme, on a envie de croire que ces Français ont été piégés. 

Pourtant, malgré leur bonne tête, on a aussi des doutes sur la sincérité de ces jeunes filles. Et si, réellement, elles dealaient ? On ne le saura jamais…alors on peut se réjouir avec Alain Joyandet de l’ heureux dénouement, mais on aurait préféré un retour sans fanfare.

Parce que le secrétaire d’ Etat Alain Joyandet, désigné à la mi-novembre tête de liste UMP pour la présidence de la Région Franche-Comté (Tiens, tiens), pousse sa com un peu loin en revenant triomphalement des Caraïbes (au frais du contribuable) avec une jeune fille à chaque bras et en oubliant que « grâcié » ne veut pas dire « acquitté ». Cette grâce, rarissime selon les mots du ministre, est-elle simplement dû à un réexamen du dossier (ce qui laisserait penser, si tel est le cas,  que le dossier est vide) ? Y-a-t-il une contrepartie pécuniaire ?

En tout cas, Joyandet remercie le Président Leonel Fernandez pour sa mansuétude et, en même temps, disqualifie sa justice en faisant fi de son verdict : les deux coupables (aux yeux de la justice dominicaine) sont bombardées ambassadrices auprès de la jeunesse dans le combat contre la drogue. Realpolitik, c’est aussi cela la magie de Noël…et des élections !

Sacré ballon, ballon sacré

Mardi 29 décembre 2009

 

 footreligion.jpg

Dans les stades-sanctuaires du ballon rond, les fidèles abonnés s’ endimanchent fièrement de leur maillot pour chanter des « carols » (cantiques) à la gloire de leur équipe et communier avec leurs idoles. On y croise (hélas) des fanatiques et des sorciers. Gueguerres de religion lorsque Manchester United ou Liverpool (de tradition catholique, en rouge) rencontre Manchester City ou Everton (de tradition protestante, en bleu), ou de façon plus radicale encore lors du derby Celtic-Rangers à Glasgows. Les rites et pratiques supersticieuses sont variés, signe de croix en rentrant sur le terrain, baiser de la pelouse, prière mains ouvertes de Ribéry,  offrandes après un but avec la danse de Milla au poteau de corner, la contraction des abdos de Cristiano Ronaldo ou le « berceau » de Bebeto.

Illustration de ce savant mélange entre foot et religion chez Antho, où même son plafond étoilé dessine des cieux phosphorescents à la gloire de l’ OM :

photo à venir

Leçons de vie

Jeudi 24 décembre 2009

Dure journée pour Clément hier. Nous passons l’ après-midi à Acrochat, grande salle avec toboggans géants, structures complexes avec filets et tubes matelassés. Spectacle de magie à 15h, les loulous sont attentifs et enthousiastes à l’ idée de découvrir les secrets du prestidigitateur. Retour de Clément, déçu après la représentation : « c’ est la triche, on l’ a aidé à trouver le trésor (colliers de perles, diamants…) et il nous a rien donné ». Voilà mon Clément une bonne définition de l’ injustice.

Coucher à 21h après un repas copieux, flammkueche, riz et pavé d’ autruche, chocolats Jeff de Bruges au dessert. Pas un pas sans Bata, les garçons se couchent dans le même lit. Il est 1h30, Sof et moi venons de prendre notre lit et Tom appelle. Juste le temps de poser le pied à terre, un cri de l’ au-delà nous agresse  : « Aaahh, il m’ a vomi dessus. » Voilà mon Clément une bonne définition de la promiscuité. 

Jouons au Korkos

Mercredi 23 décembre 2009

Pour la sortie de Rec2, j’ ai découvert la bande annonce du Rec1 qui montre la peur des spectateurs lors d’ une première projection : http://videos.nouvelobs.com/video/iLyROoafYcv5.html  . Le film est présenté de façon originale à travers les visages de ceux qui le regardent.

Avec la presse britannique scandalisée par les confessions de Blair sur la guerre en Irak, j’ ai vu cette photo de l’ ex-premier ministre au milieu de ses troupes en Irak, en mai 2003, après la destitution de Saddam Hussein :

blairarme1.png

 

Je relie ces deux « images » au célèbre Fusilamientos del 3 de mayo de Goya :

 

goyalosfusilamientosdel3demayo.jpg

  1. Le mur impénétrable des dos serrés des fusilleurs et des militaires Anglais,
  2. la blancheur pure et surnaturelle de la chemise du personnage central, encore immaculée avant d’ être souillée (au sens propre ou figuré),
  3. le caractère christique du meneur de troupes (qui se signe, mais ce de la main gauche, comme s’ il feignait d’ agir au nom de Dieu, feinte qu’ on retrouve chez l’ enfant qui promet la vérité en croisant les doigts) et de celui, agenouillé et déjà en croix, qui va être exécuté et qui regarde sa mort imminente en face.
  4. Tous les deux sont « immenses », poitrine gonflée vers les micros (et la guerre de communication) ou exposée aux canons des bourreaux avec, comme ultime bouclier, leur habit de lumière.
  5. La différence majeure est évidemment que dans un cas, personnage central et hommes armés regardent dans la même direction alors que chez Goya, ils s’ affrontent.
  6. Enfin, les nouveaux arrivants, encore spectateurs et futurs exécutés, qui plaquent leurs mains sur leurs yeux, sur leurs oreilles refusant de voir et d’ entendre un film d’ horreur dont ils sont de tragiques acteurs.

 

Papes

Lundi 21 décembre 2009

Petit cours sur l’ art avec Alain Korkos. Dans une chronique en écho avec l’ actualité, il décline le portrait de personnalités religieuses jusqu’ à

  • cette photo de Pie XII (sur la voie d’ une béatification contestée au regard de son comportement ambigue face au nazisme) ,

 

piedouze.jpg

 blair1.jpg

 

 Korkos oppose (entre autres) les portraits suivants :

  •  le grand Inquisiteur de Tolède, Le Cardinal Don Fernando Niño de Guevera par Le Greco, vers 1600. Portrait d’ un caractère sévère, main gauche crispée et teint blafard

inquisiteur.jpg

  • Le Pape Innocent X, personnage peu commode aussi avec lèvres pincées et regard implacable. En revanche, sa face rubiconde donne plus de réalisme à la peinture de Vélasquez (vers 1650) 

 innocent10.jpg 

 

  • La version en jaune et violet de Innocent X par Francis Bacon (1953)

bacon1.jpg 

Un visage déformé par un hurlement, le fauteuil en velours rouge remplacé par une chaise électrique.  Selon Korkos, ce pape tout puissant serait ici l’ image de son propre père, qui le battait comme plâtre quand il était enfant.

 

 

 

Culte du corps

Lundi 21 décembre 2009

Tom et Clément sont attablés pour le goûter. Je suis entrain de faire des abdominaux.

-Papa, tu me prépares un pain au miel s’ il te plaît ?

-Attends, deux minutes, je termine ma série.

-Pouf, il préfère être musclé au lieu de donner à manger à son petit.

Mais enfin Clément, si tu manges trop, adieu les pompes de papa lesté :

 dsc01670.jpg

Marseilhague

Lundi 21 décembre 2009

Rencontre au sommet hier à Marseille, pour l’ arrivée d’ Anissa et Yan. Eclats de rire autour d’ une bonne paella. Un mot de notre climatologue des Tropiques, la gorge asssèchée par des heures de discussion sans ravitaillement : « il faut que je contacte d’ urgence Nicolas hulot : avec le réchauffement climatique, le désert est aux portes de Marseille. »  

Honte

Mardi 15 décembre 2009

A l’ écart des plateaux open-space, en marge des Orange-days, à l’ initiative de managers (imbibés d’ anglicismes) obsédés par le one-shoot mais freinés par la vague médiatisée de suicides, les salariés de France-Télécom se sont épanchés autour de tables rondes : opération baptisée (et ce n’ est pas une blague) « refondation des assises » !! Selon Sof, un sentiment récurrent est la honte, honte de dire qu’ on est FT entre mamans à la sortie de l’ école, entre connaissances dans une salle de gym. Car votre interlocuteur vous balance alors en pleine face la dernière altercation avec l’ agent qui n’ a pas rétabli immédiatement sa connection internet défaillante. 

Ce sentiment peut aussi être partagé par des enseignants qu’ on qualifie sans hésitation de feignants à l’ affût de grèves, par des flics souvent caricaturés comme des partisans du FN, par des cadres susceptibles de représenter à leur corps défendant le patronnat et ses excès. Après le tumulte autour de Johnny, voilà-t-il pas que certains journalistes expriment aussi leur malaise : ici l’ envoyée permanente de Radio France aux Etats-Unis http://radiofrance-blogs.com/fabienne-sintes/2009/12/14/416/

Presse poubelle

Dimanche 13 décembre 2009

Tous les journaux, papier, internet et TV, se sont jetés sur Johnny comme des morfals. Il n’ est pas encore mort, l’ idole des jeunes, et pourtant les hyènes sont là. On imagine la cellule de crise dans les rédactions poubelles, les lumières tard allumées depuis quelques jours, les litres de café engloutis. On a déjà compilé les grands moments de sa vie, les diaporamas nécrologiques sont prêts à quelques images larmoyantes de Laura, Laétitia, bébés et David près. On a planqué son photographe chevronné derrière un reverbère prêt à shooter Sarko si ce dernier vient à rejoindre le chevet du rocker, ou Ségo si cette dernière s’ y invite comme à l’ accoutumée. A la course au scoops que se livrent maintenant les pseudo-journalistes, il y a une autre course (plus juteuse) qui est déjà lancée en coulisse, celle des biographies…

Est-ce de l’ information un suivi minute par minute de son état de santé ?  Qu’ on en fasse des tonnes quand il mourra, pourquoi pas puisque le bonhomme est hors norme ? Mais aujourd’ hui, on s’ engouffre dans une actualité qu’ on veut « brûlante » (alors qu’ elle est surtout obscène) . Alors, même si l’ envoyé spécial figé devant un hôpital californien ne sait rien, il n’ a surtout pas le droit de le dire. Il répète à l’ infini les propos de l’ entourage en variant les intonations selon l’ air ambiant. On fait comme on peut, on meuble, on racole comme une putain. Le Parisien.fr titre « l’ opération de JH en France a été un massacre », reprenant un propos du producteur Jean-Claude Camus, mais oubliant malhonnêtement la conditionnelle « si ce qu’on me dit aux Etats-Unis est vrai ». On ressort non sans jouissance les vieux dossiers, sur le chirurgien français « sulfureux » par exemple. On fait part de son incompétence via le ponte Rémy Van Effenterre , en oubliant de relativiser avec le point de vue opposé du professeur Philippe Even. J’ ai entendu un journaliste, feignant l’ honnêteté intellectuelle lançant son sujet : « Pas facile de démêler le vrai du faux… ». Sans blague ? Alors ferme ta gueule !

La guerre de com aura bien lieu. Avez vous vu la jolie gueule du dit chirurgien après son agression d’ hier ? le regard sombre, l’ oeil gauche tuméfié, pas trop, juste ce qu’ il faut pour que son visage reste harmonieux. Avec toutes les saloperies lues et entendues ça et là, on se demande si il n’ y a pas escroquerie. Est-il maquillé ou a-t-il vraiment été passé à tabac ?

 

Fable

Samedi 12 décembre 2009

L’ usage veut que je reconstitue les lendemains de match, avec plus ou moins de fidélité, les exploits techniques que j’ ai réalisés la veille. Je pars donc cet aprem pour une tirade dithyrambique :

- la balle arrive sur l’ aile gauche, j’ amortis de l’ extérieur droit à la Zizou. Je fixe mon défenseur en le provoquant, passement de jambes…

- A la Ronaldo

- Ouais, à la Ronaldo, passement de jambe pied droit, puis crochet extérieur gauche, le défenseur est dans le vent, j’ accélère dans mon couloir et j’ adresse un super centre du pied gauche…

- c’ est ça, à la Messi

Je vais finir par croire que Tom a assisté au match. Sof me fait juste remarquer qu’ il en a peut-être marre de mes fables, qu’ il les a déjà entendues des centaines de fois et que je devrais me préparer à accepter l’ idée que les loulous ne sont plus dupes.

12